© 2017 by CAROLINE LEITE

Photographies numériques - tirages argentiques sur plaques de béton

10.06.12 16.45.50
30x30 cm
14.12.15 10.58.24 Pecqueuse
30x30 cm
13.12.12 16.58.09
30x30 cm
14.12.15 11.04
30x30 cm
12.04.12 20.37.28
30x30 cm
. 095938
30x30 cm
En voir plus

"Caroline Leite : Exhumer le réel" par Andrea Siri

(andrea.siri@orange.fr)

" Savoir regarder la ou il n'y a rien à voir. " Guetter le silence, âpre domaine. Débris et poussière ont-ils leurs propre langage ? Peut-on être un archéologue du présent ? Les pièces abandonnés nous chuchote-elles que les rue sont vides ?


L'artiste est-il un arpenteur du passage ? Où sont les êtres ? Chuchotement-muet : "dans leurs traces." Humanité nulle part, humanité partout. Vécu, passage, effacement, trou, débris, barre, brique, des îlots de l'oublie. Les nuits noires de Caroline Leite éclaire le jour. Témoignage de ceux qui ne peuvent témoigner, cailloux, poussière, fissure, lambeaux, cassure. Les pièces vides, les objets abandonnés, les allés désertes sont humains. Être seul, savoir s'habiter. Tomber en miette. Se désintégrer. Le temps n'a plus le temps. Béton localiser, rouille daté, paysage urbain contemporain. La décrépitude n'est pas laide. Elle est le miroir de ce qui s'abandonne, avec le temps. C'est à se demander : à quoi pense ce mur troué, cette fenêtre cassé, cette brique laminé, cette porte enfoncé ? C'est à se demander, surtout, à quoi on pense. Ivresse désertique architecturales, dédale de souvenir, visage emmurée vivant. Plafond éventré, fissure murale cicatrice. L'évanescence. Présent éthérée, interchangeable. En tout monde il y'a des lieux, en tout lieux il y'a des mondes.

 

Caroline Leite les exhume. Le caché devient visible, l'invisible redevient caché, reste le moment. Ballade dans la perception du temps. La brûlure est vive. Car le temps se brûle, s'abandonne, se dissous, se dilate, s'éternise, se raccourci. Comment le voir sans y voir ce que l'on voit ? Exercice complexe. Récupérer des morceaux de la réalité, récupérer des réalités en morceaux, se trouver en face de l'absence, se trouver dans sa propre absence même, l'habiter, la vivre, lui donner un corps, décor temporaire. Des paysages qui disparaissent aussitôt avant d'apparaître aux pièces tombeaux, libre à chacun de voyager en compagnie de ses propres absence et débris, de ses allées et de ses détours, d'exister dans l'aller simple au royaume des aller-retours. La présence humaine brille par son absence.

 

La question, immémorial, infiniment longue et pourtant très courte, Caroline Leite au travers de sa recherche la repose avec douceur : qui sommes-nous ?

 
14.12.15 10.58.24 Pecqueuse

30x30 cm